Connect with us

Actualités

Instagram : Avez-vous pu voir les pubs d’IA NSFW qui sont en hausse ?

Published

on

Spread the love

Aujourd’hui, il existe de plus en plus de publicités qui promeuvent les IA génératives, notamment : ChatGPT ou Midjourney. Outre la génération de textes, les IA génératives permettent aussi de créer des images pour adultes, malgré le fait que les plateformes sociales, comme Instagram par exemple, bannissent les comptes humains qui parlent de la sexualité. Les publicités d’IA NFSW sont en hausse. Les détails.

Des publicités incitatrices

Sur les réseaux sociaux, particulièrement : TikTok, Instagram et Facebook, plusieurs startups font la promotion d’intelligence artificielle produisant des contenus érotiques et pornographiques. Découvrez aussi notre article concernant le top 4 des applications de deepnude gratuit

Ces publicités sont très suggestives. Les discussions avec les chatbots, les avatars sont non censurés. Puis, le physique des interlocutrices sont personnalisables et sexualisés. Les publicités évoquent le fait de créer l’homme ou la femme de votre rêve.

Les publicités sur les réseaux sociaux utilisent souvent des images à caractères sexualisés de femmes. De plus, la bibliothèque publicitaire de Meta constate que les utilisateurs français sont aussi concernés par ces applications d’IA. D’ailleurs, ces dernières semaines, plus d’une dizaine d’applications d’IA ont payé des publicités avec le mot NSFW sur les plateformes telles que Facebook et Instagram. Mais, les utilisateurs de TikTok américains peuvent également voir ces publicités. Les Français sont les moins ciblés par ce genre de contenu selon la bibliothèque publicitaire de la plateforme.

Trouvez votre petite amie de rêve ici

Illustration en image de la publicité NSFW
Capture d’écran DreamGF

Des contenus interdits

Ces publicités mettent en lumière le comportement dit « paradoxal » de certaines plateformes : il existe celles qui acceptent les publicités, mais bannissent les comptes qui sont liés aux questions sexuelles tenues par des humains. Pour être plus claire, Meta et TikTok interdisent les « contenus pour adultes » sur leurs plateformes. Cette politique s’applique à tous les comptes : que ce soit commercial, éducatif ou militant. La preuve, en 2014, Facebook a banni les photos de femmes en train d’allaiter. Ces photos sont revenues après les critiques des utilisateurs sous le célèbre hashtag #libérezletéton.

Pour Instagram, la politique anti-nudité contient quelques exceptions, notamment : l’allaitement, l’accouchement, les moments après la naissance ainsi que les situations liées à la santé et acte politique. Cela n’empêche le fait que certains utilisateurs se plaignent sur le fait : que même en respectant les standards de la plateforme, leurs comptes sont toujours punis, or, les célébrités publient des contenus sexualisés librement.

La suppression des publicités

Meta et TikTok ont été avertis sur la multiplication de ces publicités sur leurs plateformes. Les plateformes ont donc accéléré la suppression de ces publicités. Par ailleurs, TikTok a mis en place des politiques interdisant les publicités provocantes. Meta de son côté a affirmé le fait que les interdictions pour les publicités pour adultes s’appliquent également aux créations d’IA génératives.

La question d’éthique

Ces publicités soulèvent aussi de nombreuses questions d’éthiques. Effectivement, la simulation des relations humaines s’avère être dangereuse. En guise d’exemple, un homme s’était suicidé après que le chatbot avec qui il discutait le suggérait. Pourtant, plusieurs start-ups utilisent les réseaux sociaux pour faire leur promotion par le biais de vidéos classiques. Ils risquent l’illégalité en proposant aux utilisateurs d’entrer des photos de leur crush sur IA par exemple dans le but de générer des images dénudées de cette même personne. Cette représentation est du « deepfake » pornographique. Un montage photo ou vidéo pornographique complètement réaliste, sans le consentement de la personne.

À titre d’information, en cas d’appréhension, la création d’un deepfake pornographique peut valoir jusqu’à 3 ans d’emprisonnement et une amende de 75.000 euros à l’auteur. Ces sanctions entreront en vigueur dès que le texte du projet de loi numérique soit abrogé. En attendant ces sanctions, dites-nous en commentaire ce que vous pensez de notre titre. Découvrez aussi notre article concernant : le top 5 des générateurs IA hentai.

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.